- Les sites classés
- Le moulin à vent de Pieds-Vaurias
- Notre Dame de Lorette

- Le petit patrimoine insolite et méconnu de l'Enclave.
- Les bories
- Chapelle St Martin des Ormeaux



LES BORIES

Une des particularité presque ignorée de la région est de posséder à l’Ouest et au Nord du canton de nombreuses bories. Certaines sont encore entourées de leurs enclos qui permettaient aux habitants et aux bergers de se protéger la nuit venue et de garder ainsi leurs troupeaux à l’abri.

borie07.jpg (150328 octets)

Modestes cabanes de pierres sèches, moins spectaculaires que celles du plateau du Vaucluse certes, mais qui sont d’architecture différente et tout aussi intéressantes.

Aucun programme de conservation n’est envisagé ce qui entraîne tous les dix ans environ la destruction de 5 à 10 bories détruites par des gens peu scrupuleux "pour faire des murs autour des villas".

La visite de ces lieux, les prendre en photo, les dessiner, les peindre contribuent à aider les quelques amoureux de ce précieux patrimoine ignoré des élus et des sois-disant "spécialistes".

Avec patiente et amour, certaines personnes restaurent, remettent en place, créent sur document des lieux qui rappellent la quiétude et la sérénité oubliée d’autrefois.

Lors des promenades familiales, avec tout le respect dû à ces lieux et à ces gens, discutons avec ses amoureux des vieilles pierres qui œuvrent sans se faire remarquer pour que ce précieux patrimoine soit transmit aux générations futures…

 

LA CONSTRUCTION D'UNE BORIE

cabane_chantemerle-les-grignan1.jpg (23691 octets)

Pour étayer une étude en cours sur les bories, j'ai eu l'idée d'en construire une selon la technique utilisée au cours des siècles : la fausse voûte en encorbellement.

Les bories ont toutes été édifiées avec des lauzes d'épierrage de terres agricoles alentours et sans aucun liant, c'est-à-dire en pierres sèches.

Le site étudié se situe au quartier des Serrières à Grillon. Il est à noter que ce lieu, comme beaucoup autour de Valréas et ce depuis le Moyen-Age, était planté à la quasi totalité en vigne sur restanques, à flanc de colline, jusqu'en 1840, date où le phylloxéra a décimé le vignoble, lequel a été remplacé par les chênes truffiers dont nos bois sauvages sont les héritiers.

Contrairement aux bories situées au nord du Lez sur sa rive droite -aucune n'existe sur sa rive gauche - ( pourquoi?) elle a été édifiée avec des lauzes de molasse (safre) et non avec des lauzes de calcaire, matériau habituellement employé pour ce genre de construction pastorale.

Il est étonnant de constater malgré l'énorme masse de de pierre remuée à la main ( environ 30 m3 ) que le temps de construction pour une personne seule est relativement très court. La borie ayant pour dimension 4m x 4m de base sur 3m au sommet, côtes extérieures et 1.40m x 2.30m de base sur 2.50m au sommet, côtes intérieures, n'a nécessité que 53 heures de travail ramassage des pierres compris.

borie05.jpg (146694 octets)

Dans un premier temps, l'espace nécessaire a été dégagé au milieu des lauzes entassées tout autour. L'assise a été faite avec des blocs d'environ 40cm x 40cm x 10cm d'épaisseur, ces pierres constituant en quelque sorte les "fondations", terme impropre en vérité car ce premier rang est directement posé sur le sol et non enfoui.

bori1.jpg

Jusqu'à une hauteur de 1.55m ( linteau d'entrée ) les murs extérieurs ont été montés avec un arrondi sur les 4 angles pour l'extérieur, tandis que l'intérieur commençait à se réduire et à former une voûte. A cette hauteur, le "trou" ne présentait plus qu'une ouverture ovalisée de 1.40m x 1.90m.

bori2.jpg

Le plus difficile à partir de cette hauteur étant de mettre les pierres en équilibre les unes sur les autres :  la pierre supérieure dépassant du rang inférieur d'environ 3 à 5 cm. Il faut continuellement avoir à l'esprit où seront placées les pierres du rang supérieur, voire du 3 ème ou 4 ème rang, tout en pensant à maintenir l'équilibre avec les pierres arrières.

bori3.jpg

Rang après rang, l'édifice monte et prend ainsi la forme caractéristique d'un dôme pour à la fin être "scellé" par une lauze qui viendra bloquer grâce à son poids toute la construction.

bori4.jpg

Un détail très important : pour être étanche, toutes les lauzes doivent être posées légèrement inclinées vers l'extérieur. La moindre erreur formerait automatiquement une gouttière.

Plus de 20 années après sa construction, aucune pierre n'a bougé. Elle est toujours étanche et la patine des lauzes contribue avec le temps à la rendre plus authentique et parfaitement intégrée dans le paysage.

borie06.jpg (149776 octets)

A ma connaissance au dire des spécialistes, c'est la seule borie moderne construite selon la technique ancienne qui ne ce soit pas écroulée. Toutes les autres tentatives, malgré des lauzes de calcaire, matériau pourtant mieux adapté à ce genre de travail ont échouées soit pendant la construction ou quelques heures après la pose de la lauze de clé.

Souhaitons que cela dure et l'expérience sera concluante à 100%....

cabane_chantemerle-les-grignan2.jpg (17141 octets)